Gestion Mentale :

DES VALEURS // DES CONCEPTS // DES PRATIQUES

Du tac au tac

C’est facile ! Oui, c'est facile, monsieur Houellebecq d’enfourcher le cheval de la décadence, de la fin d’une civilisation. C’est facile, il suffit d’écouter ce qui nous tire vers le bas.
Ce qui me met en colère...

Une civilisation meurt, sans tracas, sans dangers, ni sans drames
et avec très peu de carnage,
une civilisation meurt juste par lassitude.

     Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2018.

C’est facile !
Oui, c’est facile, monsieur Houellebecq d’enfourcher le cheval de la décadence, de la fin d’une civilisation. C’est facile, il suffit d’écouter ce qui nous tire vers le bas.
Ce qui me met en colère c’est que ces propos à succès – vous êtes brillant – sont souvent reçus comme un alibi : à quoi bon agir, à quoi bon se mouiller !
Certes je n’oublie pas que vous êtes romancier et non essayiste. Cela dit, je ne pense pas être tout à fait naïf. Notre société est fatiguée et souvent bien plus. J’entends, je vois, je sens les menaces d’autodestruction. La postmodernité nous laisse seuls – tragiquement seuls, il est vrai.
Mais il y a toujours dans l’humain cette part d’ombre. Edgar Morin affirme avec force que le sapiens est aussi demens. A chaque époque il y a eu des chantres du passé, des guetteurs qui pressentaient la fin d’un monde. Cette fois nous sommes menacés de la fin du monde, c’est vrai.
Mais relisons l’histoire. Elle a toujours rebondi avec celles et ceux qui ont refusé toutes les formes d’apitoiement sur eux-mêmes.
Et notre choix – c’est un choix, une décision inaugurante dirait Castoriadis – notre choix en Gestion Mentale n’est pas celui de l’apitoiement ou de la fatigue. Nous nous situons dans une démarche humaniste éloignée de toute forme d’idéologie – avec toutefois un puissant optimisme ontologique (A. de La Garanderie, Profils pédagogiques, Bayard I, 236-7). La rencontre de l’être dans sa dimension cognitive est notre créneau et nous croyons en ses ressources.

Pierre-Paul Delvaux, 30/12/18