Gestion Mentale :

DES VALEURS // DES CONCEPTS // DES PRATIQUES

Du tac au tac

L’intelligence artificielle !

Une fois de plus, le danger c’est surtout la paresse de la pensée !

Il est vrai que l’intelligence artificielle envahit notre quotidien à une vitesse impressionnante. Songez simplement à nos Smartphones. Les aînés parmi nous peuvent sans doute mieux que les plus jeunes mesurer cette rapidité. Le concept effraie ou enchante. Nous sommes parfois hantés par des fictions apocalyptiques où les robots prennent le pouvoir à moins que ce ne soit de grands singes. N’oublions pas que ce catastrophisme fait partie de l’ADN de la Science-Fiction.
Méfions-nous toutefois des avis et des rumeurs extrêmes : d’un côté un optimiste démissionnaire et de l’autre un catastrophisme démobilisateur. Certes le danger existe – comme pour toutes les inventions humaines – le tout est d’essayer de le circonscrire.
Tout ce qui nous arrive est un commencement et il serait pertinent d’exercer le plus tôt possible un discernement aigu et donc de parier sur l’intelligence.
Partons par exemple du concept lui-même. Nos pays latins attribuent à l’intelligence un empan très large. Pour les anglo-saxons, l’intelligence est seulement la recherche de l’information et la résolution de problèmes. L’humain peut et doit rester à la manœuvre.
Mais remarquons surtout que la puissance manipulatrice de l’intelligence artificielle est aussi fonction de notre crédulité et de notre absence d’esprit critique. Le rôle des veilleurs est donc essentiel. Je pense aux intellectuels, aux journalistes, aux lanceurs d’alerte, aux mouvements citoyens…
La GM peut/doit participer à cette veille. Articuler, parier sur les complémentarités. Comme nous pouvons le faire entre les neurosciences et notre démarche phénoménologique. Il est donc urgent de s’informer, mais aussi de prendre mieux conscience de l’originalité de notre démarche.

Pierre-Paul Delvaux. Mars 2019.

Mots-clés : Discernement. Articulation. Juste milieu. Pertinence de la GM
Une lecture : Pascal Picq, L’intelligence artificielle et les chimpanzés du futur, Odile Jacob, 2019.  Le titre est un peu énigmatique. Le propos très clair.